PREVENTION CONTRE LA MORT SUBITE DU BEBE

LA MORT SUBITE CHEZ LE BEBE,

La mort subite du nourrisson, est l'arrêt du coeur durant son sommeil. A ce jour, elle n'est toujours pas expliquée.Par contre, on sait comment diminuer le nombre de nourrisson mort né.

 

La mort subite des nourrissons touche les bébé de 1mois à 1an, le pique est à 3mois. Il y a encore 250 mort par an, sur les 250 il y a que 10% de cas inexpliqué.  Son plus exposé les nourrissons de petits poids et pour une raison inexpliqué, les garçons.

 

Les causes de mort subite identifiables sont:

- les infections (virale)                        

- accident de literie (étouffement dansun drap, ou un doudou, ou un tour de lit)

- l'hypertermie (fièvre)                         

- hyper reflectivité vagale (refut gastrique)

- pathologie cardiaque

 

 LA TETINE PROTEGE DE LA MORT SUBITE CAR ELLE STIMULE L'ENFANT, ainsi que les vaccins, car l'enfant fabrique des anti-corps.

 

Les facteurs a risques:

- un bébé qui pleure pendant le biberon

- des rots 1H à 2H après le biberon

- des parents fumeurs

- les petits poids (inférieur à 2Kg 500

- les enfants couché sur le ventre et sur le côté

 

LA POSITION VENTRALE EST RISQUE CAR L'ENFANT N'A PAS LES VOIX RESPIRATOIRES DEGAGEES

 

Conseils de prévention:

- dormir sur le dos, et jouer sur le ventre

- matelas ferme aux bonnes dimensions du lit

- drap housse et turbulette

- banir: oreiller, couette, tour de lit, peluche, tabac

- porte bébé déconseillé

- le bébé ne doit pas dormir dans le lit de ses parents, car il peut être étouffé

- température de la chambre entre 19 et 20°

- pas d'animaux dans la chambre de l'enfant

- garder le bébé dans la chambre des parents jusqu'à 6mois

 

DOCUMENT COPIE SUR LE SITE: http://www.naitre-et-vivre.org/

 

 

Épidémiologie

 

Depuis plus de vingt ans la MSN fait l'objet, dans les pays développés, de très nombreuses études statistiques visant à évaluer l'importance de ce phénomène au sein de la mortalité infantile globale, d'en suivre les variations, et de dégager des facteurs de risque susceptibles d'être évités.

 

En France, comme dans tous les pays, ont pu être menées des campagnes de prévention sur le couchage et l'environnement du nourrisson, une baisse d'environ 75 % de la mortalité par MSN a été enregistrée. La MSN reste cependant une des causes principales de la mortalité Post néonatale entre un mois et un an, et touche plus fréquemment les garçons. En 1997, elle représentait encore 10 % des causes de décès avant l'âge d'un an (mortalité infantile globale).

 

Les principaux facteurs de risques sont maintenant bien connus. Un certain nombre d'entre eux sont accessibles à des mesures préventives, ce qui permet d'espérer encore quelques progrès.

 

Le risque de la population générale est passé en quelques années de 1,70 pour 1000 naissances vivantes lors de ces études (tombé à 0,45 pour 1000 en 1999).


Causes et méchanismes

Pour chaque enfant décédé, c'est un travail de "confrontation anatomo-clinique" qui permet d'orienter le diagnostic, en tenant compte des constatations cliniques (circonstances du décès, antécédents personnels et familiaux, examen clinique), biologiques (biochimie, bactériologie, virologie,), radiologiques ainsi que des lésions identifiées lors de l'autopsie.

 

Ce bilan repose sur deux niveaux de compréhension, un niveau lésionnel identifiant une ou plusieurs causes possibles, et un niveau fonctionnel évoquant le mécanisme du décès, bien souvent encore hypothétique.

 

Les causes et mécanismes incriminés sont nombreux et fréquemment associés entre eux, avec des facteurs surajoutés notamment liés à l'environnement du bébé.


Les Causes

Infections : surtout virales mais parfois bactériennes, souvent respiratoires mais parfois touchant d'autres organes, voire généralisées.
Reflux gastro-oesophagien dont on a sûrement exagéré la responsabilité ces dernières années.
Hyperréflectivité vagale : exagération d'un réflexe normal ralentissant le coeur lors de certain stimulus, souvent d'origine digestive chez le nourrisson.
Hyperthermie : réaction fébrile importante lors d'un épisode infectieux, et/ou environnement surchauffé chez un enfant trop couvert.
Accident de literie : la fréquence diminue depuis les campagnes de prévention.
Autres causes : elles sont beaucoup plus rares. Parmi elles, quelques causes avec un risque familial éventuel comme des cardiopathie, des maladies métaboliques...
Enfin, un certain nombre de morts subites restent totalement inexpliquées par le bilan pratiqué : on peut alors parler de Mort Subite inexpliquée du Nourrisson (environ 25% des cas)


Les mécanismes

Le mécanisme exact qui entraîne la mort lors d'une pathologie ainsi mise en évidence est parfois difficile à comprendre. Plusieurs mécanismes peuvent en fait s'enchaîner ou s'intriquer pour mener à un arrêt cardiaque. On peut parfois conclure à :

 

  des apnées centrales ou obstructives,
  des troubles du rythme cardiaque,
  un spasme laryngé, une asphyxie,
  un collapsus, des convulsions, un oedème aigu du poumon...

 

Principaux facteurs de risques épidémiologiques de la mort subite du nourrisson
Facteurs individuels
  • age : surtout la tranche d'âge de 1 à 4 mois-
  • sexe, plus fréquent chez le garçon
  • prématurité et/ou hypotrophie
  • les vaccins n'influencent pas les risques de MSN
  • l'alimentation au sein est un facteur de protection
Facteurs familiaux
  • conditions socio-économiques défavorables
  • antécédents de décès dans la fratrie,
  • antécédents de MSN dans la famille : risque en général extrêmement faible, sauf pathologie familiale particulière,
  • jumeau survivant après la MSN de son jumeau : risque majoré pendant les premiers jours (hospitalisation).
Facteurs d'environnement
  • prédominance hivernale,
  • tabagisme passif pendant la grossesse et après la naissance,
  • environnement hyperthermique,
  • position ventrale de sommeil : facteur de risque majeur,
  • position sur le côté pendant le sommeil ( instabilité).

 

 

  MORT SUBITE

 

 

 

  img006

 

 

  img007

 

 

 

  img008

 

 

 

  img009

 

  img010

 

 

  img011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :